Préhistoire de la péninsule Indochinoise

Préhistoire de la péninsule Indochinoise

Il y a moins de 3 millions d’années, l’homme serait apparu au Kenya, dans l’actuelle Afrique de l’Est, pour se répandre ensuite, en plusieurs branches, d’abord au Moyen-Orient, puis en Europe et en Asie, chaque branche évoluant alors suivant les conditions clima­tiques et le mode de vie propre à chaque région, pour donner plus tard les différents peuples.

La préhistoire de la péninsule Indochinoise en général, et du Cambodge en particulier, reste encore peu connue. Cependant, on peut avancer qu’un fond com­mun existe, qui intéresse toute la péninsule, c’est-à-dire la région qui s’étend du golfe du Bengale à l’ouest, jus­qu’à la mer de Chine, à l’est. En effet, depuis les temps les plus reculés, l’ensemble de cette péninsule a été sou­mis au même régime des moussons, lequel a contribué à modeler une civilisation primitive commune. Son peu­plement, quant à lui, a été dépendant de ses fleuves, de ses montagnes et de ses vallées, dont les orientations ont déterminé le sens des diverses migrations qui se sont frayé un chemin à travers une nature hostile, pour se fixer sur certains lieux particulièrement favorables à un premier habitat.

La péninsule Indochinoise

Préhistoire de la péninsule Indochinoise

Les préhistoriens s’accordent pour penser que l’indus­trie de la pierre façonnée par l’homme a vu le jour dans cette région, durant l’ère quaternaire, et s’y est mainte­nue pendant toute cette période de quelque 2 millions d’années, sans apport humain extérieur apparent.

Les traces les plus anciennes de cette industrie ont été repérées en Birmanie, en Thaïlande et au Laos. Les restes humains qui y ont été découverts semblent proches de ceux de « l’homme de Chine » (Sinan­thrope) trouvés près de Pékin, et qui dateraient de 500 000 ans. L’économie de subsistance consistait alors dans la capture d’animaux et la cueillette de végé­taux comme nourriture.

L’hostilité de la nature a conduit les hommes de cette époque à se réfugier dans les grottes ou les abris sous roches des régions calcaires du nord du Viêt-nam, notamment près des villes actuelles de Hoa-Binh et de Bac-Son, où des gisements paléolithiques ont été découverts. L’outillage dégagé est caractérisé principa­lement par des galets travaillés sur une seule face et par des pierres éclatées sur deux faces et polies sur un seul tranchant. Très peu de traces de poteries existent et l’agriculture ne paraît pas encore avoir été pratiquée.

Les premiers habitants de la péninsule Indochinoise – les protoaustraliens – ne semblent pas avoir été ingé­nieux et les progrès de cette civilisation primitive n’ont été rendus possibles que grâce à un apport humain exté­rieur, auquel ils se sont mêlés.
Durant l’époque néolithique, vers le VIe ou VIIe millénaire avant J.-C., une première vague qui venait du nord, l’austro-asiatique, peut-être de race mongoloïde, s’est répandue progressivement dans tout le Sud-Est asiatique. À le même époque, une deuxième vague venue de Chine l’austronésienne, s’est unie aux habitants de la péninsule pour donner naissance à une civilisation mixte.
Les hommes du Néolithique, qui est l’époque de la technique de la pierre polie et de la céramique, et de l’accession à une économie d’agriculture et d’élevage, n’or pas, en général, comme leurs prédécesseurs, cherché abri dans les grottes ou les abris sous roches, et les sites de cette période sont plutôt rares dans la péninsule Indochinoise. Cependant, on a reconnu et fouillé, dar le sud du Viêt-nam, la station d’Oc-Eo et, au Cambodgi celles de Mlu Prei, d’Anlong Pdau et de Samrong Sen, l’entrée des Grands Lacs. Cette dernière a livré un outillage important et varié. Les gisements néolithiques ont apparemment évolué parallèlement à l’industrie des métaux. Cette industrie qui a son point de départ a environs du IIIe millénaire avant J.-C., annonce la protohistoire, qui est la période intermédiaire entre la préhistoire et l’histoire. Elle est caractérisée essentiellement par l’apparition de la métallurgie, d’abord celle du cuivre puis celle du bronze et, enfin, celle du fer.

Voir le milieu naturel Cambodge

Au cours de l’âge du bronze et au début de l’âge du fer, apparaît le culte des mégalithes – grands blocs de pierres dressées ou posées en dalles – que l’on trouve plus spécialement au nord-est du Laos où l’on rencontre aussi de nombreux rassemblements de grandes jarres de pierre fichées en terre, dans lesquelles on a identifié des restes calcinés d’ossements humains.
On pense pouvoir rattacher de même à l’époque néoli­thique les vastes ensembles à levées de terre circulaires que l’on remarque principalement dans le sud de la pénin­sule Indochinoise. Leur destination, peut-être défensive, n’a cependant pas encore été clairement déterminée.

查看更多:胡志明一日游 | 下龙湾旅行社 中国 越南落地签 |

Für mehr Infos: V Spirit cruise Halong bay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress