Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta Kouan

« La nouvelle accouchée fait cuire du riz, le roule dans du sel et se l’applique aux parties sexuelles. Après un jour et une nuit, elle le retire. Par-là, la grossesse n’a pas de suite fâcheuse et la femme garde l’air d’une jeune fille… »
« Dans la famille où je logeais, une fille mit au monde un enfant, et je pus ainsi me renseigner. Le lendemain, portant son enfant dans ses bras, elle allait avec lui se laver au fleuve. C’est réellement extraordinaire. »
Pour leurs morts, ils n’ont pas de cercueil, mais seulement des sortes de nattes. Ils les couvrent d’un drap. Dans le cortège funéraire, eux aussi emploient drapeaux, bannières, instruments de musique. Le long de la route, ils sèment deux pans (mesure de grains chinoise) de riz grillé. Arrivés en dehors de la ville, dans quelque endroit lointain et inhabité, ils abandonnent le corps et s’en vont. Ils attendent que des vautours, des chiens viennent le dévorer. Si le tout s’achève rapidement Us disent que leurs parents avaient des mérites ; aussi ont-ils obtenu cette récompense. Si les animaux ne les mangent pas ou ne les mangent que partiellement, ils disent que leurs parents ont amené ce résultat par quelque faute. Maintenant, il y a aussi des gens qui se mettent un peu à brûler leurs morts. Ce sont tous des descendants de Chinois. Lors de la mort de leurs parents, les enfants ne mettent pas de vêtements de deuil, mais les fils se rasent la tête, et les filles se coupent les cheveux au ras du front, à peu près grand comme une sapèque (petite pièce de monnaie). C’est là leur marque de piété filiale. Le souverain est enterré dans une tour, mais je ne sais si l’on enterre son corps ou seulement ses os. »
(Traduction de P. Pelliot)

Für mehr Infos: Halong bay trip | excursion Ninh Binh | voyage vietnam cambodge pas cher | Circuit mai chau | Circuit Vietnam 12 jours

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress