Angkor Thom ( Partie 2)

Angkor Thom-porte-du-sud

3.2. Portes
On peut pénétrer dans Angkor Thom par cinq portes de conception identique. Quatre sont axées sur le temple du Bayon, on les nomme : Porte sud, Porte nord, Porte ouest, Porte est appelée aussi Porte des Morts. La cinquième entrée, à l’est, est axée sur le centre de la terrasse du Palais royal, c’est la Porte de la Victoire. La Porte sud est rapidement accessible par la chaussée récemment restaurée.
-Porte sud : la chaussée d’accès
On atteint cette porte en franchissant les douves sur une digue large de 16 m, longue de 108 m et haute de près de 6 m. Les murs latéraux sont construits en latérite et un remblai de terre intérieur constitue le chemin d’accès. Aucune communication n’existe entre les douves au passage de la chaussée. Sur la partie supérieure des murs est posée une margelle de grès qui supporte des géants de pierre de 2 m de hauteur – Tcheou Ta Kouan, à la fin du xme siècle, en aurait compté 54 de chaque côté – tenant dans leurs bras le serpent naga. Celui-ci dresse son capuchon et ses sept têtes à 4 m du sol, à l’entrée de la chaussée. Près de la porte elle-même, la queue du serpent se relève, soutenue par un colosse de pierre, aux têtes multiples superposées. Il faut remarquer les différences dans les visages des géants situés à droite et à gauche de cette chaussée : ceux du côté droit ont les traits accusés, les sourcils froncés, la bouche aux lèvres tombantes, les yeux ronds et globuleux, signes manifestes d’une disposition démoniaque, accusée par une coiffure de feuillage en bandeau tombant derrière les oreilles, coiffure surmontée d’une haute calotte à trois pointes. Ceux du côté gauche (en marchant vers le nord) ont à l’inverse, les traits sereins, le front ceint d’un diadème surmonté d’une tiare conique. On notera que la plupart des têtes ont été remplacées par des moulages. On s’est longtemps demandé, et on se demande encore, qui sont, en fait, ces personnages et ce qu’ils représentent. Une première proposition est que le corps du naga, soutenu par les géants, évoque symboliquement, suivant la mythologie indienne, l’arc-en-ciel qui est le lien entre le monde des humains, concrétisé sur la terre par Angkor Thom, la ville royale, et le monde des dieux. Une autre suggestion est de rapprocher le serpent et les géants de la porte, du naga des Asura et des Deva, qui ont participé auAngkor Thom, porte sud : mauvais génie (Asura) tirant le serpent naga.

Angkor Thom-porte-du-sud

Barattage de l’Océan, tel qu’on peut les voir, notamment sur le bas-relief sud-est de la 3e enceinte d’Angkor Vat. Dans ce cas, l’eau des douves représenterait l’Océan. Poussant plus avant cette hypothèse, on pourrait imaginer que le pivot de la baratte se situe au centre du Bayon, avec son massif central circulaire, le mont Mandara, tout à fait approprié pour faire tourner le baraton et, dans ce cas, tous les géants des cinq portes y concourraient, en tirant sur le naga. Une dernière proposition, plus récente, suggère de voir dans les naga des portes, les serpents gardiens des richesses de la capitale royale.

A voir : Excursion à Ninh Binh | randonnée à Mai Chau | circuits aventure au Vietnam

3.3. Porte sud
Elle mesure 30 m de long pour une largeur moyenne de 5 m. Elle est construite en grès, en trois corps de bâtiment. La partie centrale qui est rectangulaire, réserve en son milieu un passage charretier de 3,50 m de large. De part et d’autre de ce bâtiment médian, et en symétrie, deux ailes se raccordent au mur d’enceinte en latérite. À l’intérieur du passage et de chaque côté, une plate-forme carrée de 3 m de côté donne accès, par quelques marches, à une première salle aveugle de petites dimensions qui débouche, à son tour, sur une salle oblongue sans ouverture. À l’extérieur du massif central, dans les angles rentrants de chaque face, on trouve, représenté en ronde bosse, l’avant d’un éléphant tricéphale de 6 m de haut, monté sur un soubassement. Les trompes, pendantes, cueillent des brassées de lotus. Sur leurs têtes, assis à la place du cornac, se trouve un dieu qui répond à la représentation d’Indra, dieu de l’atmosphère. Dans sa main droite, il tient le vajra, l’arme qui lance la foudre, il est entouré de deux danseuses célestes. À 7 m de hauteur, se développe tout autour des deux ailes qui flanquent le bâtiment central, une corniche moulurée et décorée, surmontée aux angles, à la naissance de la couverture, de naga polycéphales dressés. À partir du niveau de cette corniche, les deux ailes sont couvertes par une voûte en encorbellement dont l’extérieur (extrados) a été traité en rangées de tuiles. Des épis de faîtage terminent la toiture.

La partie centrale est aussi protégée par un départ de voûte qui est ensuite surmonté par une frise d’orants de 1 m de haut, qui, assis, prient les mains jointes. Au-dessus des orants, le massif central est couronné de trois tours à visages. La tour médiane, la plus haute, domine le sol à près de 24 m. Sur les deux visages qui font face à la chaussée d’accès et au Bayon, on remarque que les yeux sont grands ouverts, que les lobes des oreilles sont distendus par le port de lourdes boucles. De longues pendeloques perlées encadrent les visages et, sur le front, un diadème orné annonce le départ d’une couverture conique à ressauts dégressifs, qui se termine par un bouton de lotus. Les deux massifs de grès qui flanquent la tour centrale, sont couverts chacun par une tour à un seul visage orienté suivant l’alignement du mur d’enceinte. Moins hautes que la tour centrale d’environ 4 m, elles en possèdent les mêmes caractéristiques, mais leurs couvertures coniques sont à deux ressauts seulement, et sont terminées par une large couronne de pétales de lotus.

Dans l’axe du bâtiment central, deux courtes avancées des murs constituent les piédroits des anciens passages dont on peut mesurer la hauteur de 7 m, malgré l’absence des linteaux. Les lourdes portes en bois à doubles vantaux qui interdisaient la cité étaient montées sur pivots et avaient leur fermeture renforcée par des barres transversales, fichées dans des cavités encore visibles dans les murs de grès.

3.4. Autres monuments
À l’intérieur de l’enceinte, au milieu de la forêt, se trouvent de nombreux monuments, qui seront décrits par ailleurs, comme le Bayon, le Palais royal, les Khleang, les Prasat Suor Prat, etc.

Für mehr Infos: Ha Long bay tour

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress