Ta Proh ( Partie 2)

Ta Proh ( Partie 2)

3.Description et commentaires
La visite commencera par le côté ouest. Avant d’entreprendre cette excursion, il faut réaliser qu’elle ne sera pas spécialement archéologique – bien que beaucoup de motifs de sculpture présentent un intérêt certain -mais procédera plutôt d’une incursion dans un monde fantasmagorique, où se mêle à l’aspect théâtral et un peu inquiétant des tours et des galeries renversées et écrasées, l’atmosphère verte et feutrée, légèrement oppressante, de la forêt, qui a pénétré le temple.
Le Ta Prohm était un vaste monastère bouddhique qui couvrait 60 hectares. Il se composait de deux parties : la première, la plus importante avec une surface de 55 hectares, permettait, si l’on en croit l’inscription trouvée dans le monument, de loger 12 640 servants. L’autre partie, avec moins de 5 hectares, était réservée au temple proprement dit.

Ta Proh ( Partie 2)

Ce monument comprend, dans le sens de la visite en partant de l’ouest :

  • un premier mur pouvant constituer une « 5e enceinte », formant un vaste quadrilatère de 1000 m dans le sens est-ouest et de 600 m dans la direction nord-sud ;
  • une 4e enceinte qui est un mur de 200 m sur 220 m ;
  • une 3e enceinte-préau de 107 m sur 111 m, tournée vers l’extérieur ;
  • une 2e enceinte-préau carrée de 50 m de côté, tournée vers l’intérieur ;
  • une 1re enceinte-galerie carrée de 30 m de côté, qui entoure le sanctuaire central.

Une fois passee la porte du gopura de la « 5e enceinte », surmonté d’une tour à quatre visages, une longue aflée de 350 m tracée dans la forêt conduit à une terrasse cruciforme, longue de 30 m franchissant les douves. Cette terrasse, chaotique, est envahie par de grands arbres au tronc blanc argenté, appelés fromagers, dont les longues racines ondoyantes courent sur le dallage de grès. Passé la porte de la 4e enceinte, on débouche sur une cour de 40 m de large sur 55 m de long, bordée de murs de latérite sur les côtés nord et sud, se retournant à angle droit, pour continuer autour de la 3e enceinte.

A voir : Voyage sur mesure au Vietnam | circuits combinés Vietnam Cambodge | agence de voyage Indochine

On atteint cette nouvelle enceinte par une longue allée dallée de grès conduisant au gopura d’où part un préau périphérique, limité sur l’extérieur par une double rangée de piliers. Sur la gauche, on apercevra, posés sur le haut du mur, deux fromagers, dont un de grosseur respectable. Traversant le gopura ouest de cette 3e enceinte, on se trouve dans une deuxième cour qui n’est pas très encombrée par la végétation, mais où d’immenses arbres s’agrippent par leurs racines à des tours isolées et se posent sur les murs de grès ou de latérite, dont certains ont cédé sous le poids.

Dans cette cour, en partant sur la gauche et en longeant l’angle nord-ouest de la 2e enceinte en latérite, on pénètre dans le petit « cloître » nord par son entrée ouest, cloître également surmonté d’immenses arbres. On peut y voir des frontons intéressants, notamment sur le côté ouest du sanctuaire cruciforme central, couronné d’arbres gigantesques. On contourne le sanctuaire central par la droite, pour passer entre deux avant-corps de bâtiments très rapprochés. Ayant pénétré dans la galerie sud du cloître et en continuant vers l’est, le long de la galerie, on ressort dans la partie est de la cour intérieure de la 3e enceinte, où se trouvent plusieurs templions.

On passera alors tout près du « cloître » est, accolé à la 2e enceinte, dans lequel on a découvert la stèle inscrite du temple. On se glisse ensuite entre deux petits bâtiments, en évitant les blocs un peu branlants, pour pénétrer et traverser la 3e enceinte-préau, toujours en direction de l’est. On se trouve alors en présence d’un grand bâtiment rectangulaire, construit en grès, sans toiture. Ses murs hauts de 5 m délimitent une grande salle de 23 m de large sur 30 m de long. Seules deux petites portes à l’est et à l’ouest permettent l’accès à cette salle. De nombreux éboulis, formés principalement par les blocs de la toiture écroulée, obstruent en grande partie l’édifice. Il est préférable de ne pas s’y aventurer, ce qui est dommage, car plusieurs linteaux de portes encore en place montrent de beaux reliefs d’Apsara-ballerines, laissant supposer que, comme au Preah Khan, on se trouve en présence d’une « salle des danseuses ».

En longeant le mur aveugle nord de ce grand bâtiment, on aboutit à la partie nord du gopura est de la 4e enceinte. On remarque en premier l’arbre imposant coincé par ses racines dévorantes dans l’angle nord-ouest du gopura. On verra avec intérêt, sur les faces nord-ouest et sud-ouest, les magnifiques panneaux sculptés en hauteur sur plusieurs registres, avec des scènes où le Bouddha a été bûché sur la plupart des représentations. Sur les faces nord-est et sud-est, on peut voir des bas-reliefs analogues mais traitant de sujets différents.
Vers l’est, une grande terrasse en grès, surélevée, de 35 m de long sur 25 m de large, prolonge le gopura que l’on vient de traverser.
Si l’on juge la visite du temple terminée ou si l’on est attendu par son véhicule au gopura est de la 5e enceinte, on pourra emprunter l’allée longue de près de 500 m qui rejoint ce dernier gopura, en remarquant au passage, sur la gauche, les ruines de grès d’un « gîte d’étape ».
Par contre, si l’on désire constinuer et terminer la visite par le groupa ouest de la 5e enceinte, par lequel on est arrivé, on rebroussera chemin en repassant le groupa est de la 4e enceinte, puis en longeant la “salle des danseuses” par son côté sud. On remarquera au passage la belle décoraüon de la fausse porte médiane et l’intéressant Garuda-atlante, sculpté en partie haute du pilier d’angle intérieur sud, d’ou part une frise de Bouddha profondément bûchée. En face, se trouve encore un arbre a cheval sur le mur.

Contournant la « salle des danseuses », on se retrouve devant la porte médiane de la partie nord du gopura est de la 3e enceinte, porte déjà empruntée à l’aller. On repasse cette ouverture, puis l’étroit passage de pierres branlantes et on continue entre les deux petites tours de grès situées de part et d’autre de la dernière porte nord-est de la 2e enceinte, que l’on franchit. On se trouve alors dans la galerie périphérique nord de la 2e enceinte, à doubles piliers de grès, longue de 50 m. Tout de suite à gauche, après être entré dans la galerie, on remarquera l’arbre accroché par ses racines à la galerie et à l’édicule nord-est de la 1re enceinte. On emprunte ce passage avec précaution car il est obscur et encombré de blocs de pierre. Au milieu de la galerie, on prend sur la gauche, pour pénétrer dans la cour intérieure nord de la 1″ enceinte et y découvrir à nouveau un arbre gigantesque enserrant une galerie.
Le sanctuaire central, très dépouillé, occupe le milieu de la cour. Extérieurement, il a été bûché, certainement pour accrocher un enduit, et à l’intérieur, des cavités régulièrement disposées semblent indiquer que ces parois ôtaient recouvertes, éventuellement, par un enduit encore inconnu ou, peut-être, par des plaques de bois ou de métal On le traverse et on arrive dans ia courette sud, on garde sa droite et on remarque à gauche un magnifique « pilier à luminaire ». En face de ce dernier, on passe une porte et on tourne à droite pour rejoindre l’axe principal est-ouest.

Aussitôt passé le gopura ouest de la 1 re enceinte, on voit sur la gauche à nouveau un énorme fromager, tel une pieuvre, juché sur le toit de la galerie, écrasant cette dernière de son poids colossal. Mais les énormes racines de l’arbre en forme de mains serpentines, plongeant verticalement vers le sol et se répandant ensuite aux alentours, semblent vouloir servir de supports, pour soulager la toiture oppressée. On peut passer par la petite porte située derrière les racines de cet arbre, pour rejoindre l’axe du temple par la cour intérieure sud-ouest de la 3e enceinte, en jetant un regard au passage sur les racines de l’arbre déjà décrit, « coulant » aussi sur ce côté du mur de latérite. On rejoint alors le gopura ouest de la 3e enceinte, puis celui de la 4e et, enfin, la sortie par la 5e enceinte par laquelle on a commencé la visite.

Un autre circuit partiel (son tracé est figuré par des tirets sur le plan) consiste à passer par le cloître sud. On emprunte le vestibule sud du gopura de la 3e enceinte et on rejoint le cloître sud. Dans le cloître sud, on pourra remarquer un linteau représentant « le grand départ ». De leurs mains, les divinités amortissent le bruit des sabots du cheval du futur Bouddha. En sortant du cloître sud, on pourra soit pénétrer dans la partie sud-ouest de la cour intérieure de la 3e enceinte par la petite porte et rejoindre l’axe du temple pour sortir (tracé en traits pleins sur le plan), soit passer par le gopura ouest de la 3e enceinte, pour quitter le temple en allant vers l’ouest.

Sehen Sie mehr: Bai Tu Long Bucht

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress