SrahSrang

SrahSrang-angkor
  • Sign. : L’Étang du bain royal
  • Date : Xè, puis fin du XIIe siècle
  • Constructeur : Jayavarman VII
  • Dégagement : en 1920 Travaux : 1956,1963 à 1965
  • Pron. : srah srangue
  • Repère : J. 32
  • Intérêt : ** archéologique, promenade
  • Visite : le matin

SrahSrang-angkor

1. Accès
La meilleure façon pour se rendre au Srah Srang est de suivre le Grand Circuit par la droite jusqu’au temple de Banteay Kdei. Le grand étang se trouve à l’est, dans le prolongement de ce dernier temple.

2. Caractéristiques
La terrasse restaurée qui domine l’étang est pratiquement la seule du groupe d’Angkor qui puisse donner une idée des constructions qui servaient d’embarcadère et de débarcadère, en bordure des pièces d’eau. Cette terrasse, par sa composition et sa décoration, est magnifiquement intégrée au grand bassin bordé d’arbres, qui s’étale devant elle.

A voir: voyage Vietnam circuit | voyages Vietnam Cambodge | voyage Indochine | comment obtenir un visa pour le vietnam

3. Description et commentaires
On sait que, primitivement, l’emplacement du temple de Banteay Kdei était occupé par un monument bouddhique, et il est probable qu’un premier bassin, d’ailleurs plus grand que l’actuel, ait été creusé durant la première moitié du Xe siècle, conjointement à l’établissement du sanctuaire bouddhique. Quoi qu’il en soit, c’est sous le règne de Jayavarman VII que le présent bassin a été repris et aménagé, tout en réduisant ses dimensions. Large de près de 400 m et long de 700 m, il est entouré de gradins que couronne une margelle de grès. Le centre de l’étang est encore marqué par quelques blocs de pierre formant un petit îlot sur lequel devait s’élever une construction légère.

  •  Terrasse embarcadère

Sur le côté ouest du bassin et dans le prolongement de l’axe principal est-ouest, se situe une terrasse débarcadère en contrebas d’une levée de terre marquée par des gradins de latérite. Le plan de ce débarcadère est en forme de croix. On descend sur sa terrasse par un escalier situé sur sa branche ouest. Les trois autres côtés comportent chacun une marche par laquelle on accède à trois petits paliers rectangulaires se terminant par quelques degrés qui facilitaient les embarquements et les débarquements.
On notera surtout la très belle décoration des naga-balustrades, dont le corps est supporté par des dés de pierre sculptés de monstres dressés « en atlante ». Les abouts de ces balustrades sont particulièrement remarquables avec leurs naga ascendants. De face, chacun présente un serpent à trois têtes, chevauché par un grand Garuda, ailes déployées, dans lesquelles s’abritent d’autres figures. Sur l’arrière, on retrouve trois têtes de naga enserrées par les cuisses de l’oiseau, dont la queue stylisée est dressée. Ses plumes portent encore de petits capuchons déployés de cobra.

À la suite de fouilles stratigraphiques pratiquées en 1963 au nord de la terrasse, on a découvert un important dépôt de grandes jarres, à destination vraisemblablement funéraire. Leur disposition, leurs garnitures et leur environnement correspondent à des pratiques particulières, qu’attestent la présence dans ces jarres de boîtes contenant des cendres, l’arrangement autour de ces grandes poteries de divers objets usuels suivant une orientation bien précise, le dépôt de miroirs face à l’est, etc. Ces découvertes semblent pouvoir être rattachées à la fin de la période angkorienne. Des pratiques presque semblables ont aussi été reconnues au cours de fouilles en Thaïlande.

Besuchen Sie uns unter: Ginger cruise Halong bay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress