Preah Khan d’Angkor ( Partie 5)

3.8. Premier circuit
Partant de la grande terrasse, on emprunte la longue allée de terre qui va vers l’est. Après avoir parcouru 150 m, on aperçoit sur la gauche, en retrait par rapport au chemin, un petit bâtiment de grès appelé Dharmasala.

  • Le Dharmasala

La stèle inscrite découverte dans le Preah Khan nous apprend qu’il s’agit d’une « maison avec du feu » pour le repos des voyageurs (Dharmasala) et qu’elle contenait quatre statues (de dieux ?), ce qui ne paraît pas très compatible avec un gîte d’étape. Ce bâtiment de 6 m de large et 16 m de long est construit avec des murs épais. Il est posé sur un court soubassement. Il est constitué d’une entrée, petite salle rectangulaire à deux portes, et d’un corps de bâtiment au mur nord aveugle, mais ouvert sur le côté sud par quatre fenêtres à double bar-reaudage. Sur le côté est, se trouve une seule porte. Le corps central est couvert par deux niveaux en encorbellement. Le premier niveau comporte une voûte complète soutenue par un petit mur avec des fenêtres hautes, le deuxième niveau est couvert par une demi-voûte. Le sommet de la toiture est marqué par une « crête » de faîtage en grès. L’entrée est surmontée d’une tour étagée à retraits successifs.

Continuant la visite vers l’est, on atteint, après 167 m, le gopura de la 4e enceinte qui nous a servi de modèle pour décrire celui du côté ouest. Passé ce gopura, on retrouve le sol dallé de grès de la chaussée de 15 m de large qui franchit les douves avec, sur ses deux côtés, les géants de pierre hauts de 2 m : vingt-trois Asura et autant de Deva, malheureusement presque tous décapités.
On retrouve immédiatement après une allée de terre de 10,20m de large, bordée de 42 bornes. L’extrémité de cette allée bute sur une série de 15 marches en latérite, conduisant à la levée de terre constituant la berge ouest du Baray, dont le centre est occupé par les bassins du Neak Pean. En retournant sur ses pas et en atteignant la grande terrasse de la 3e enceinte, on rejoint le deuxième circuit qui est proposé ici.

A voir : Voyage Ninh Binh | trek Mai Chauvoyage circuit touristique Vietnam

3.9. Deuxième circuit
Retournant vers le centre du temple, on pénètre à nouveau dans la « salle des danseuses ». Arrivé au milieu de la salle, on tourne à droite pour sortir par l’unique porte sur le côté nord. On débouche alors sur une chaussée bordée de naga-balustrade, parallèle au mur nord de la « salle des danseuses ». On se trouve maintenant en présence d’une construction inhabituelle dans l’art khmer et assez mystérieuse, quant à sa destination.

  • Édifice sur colonnes

Posée sur un soubassement de latérite de 1,60 m de haut, une plate-forme à deux redans, large de 11 m et longue de 28 m, supporte un bâtiment en retrait, composé de trente-deux colonnes rondes à tambours de pierre. Aux extrémités est et ouest du bâtiment, quatre colonnes délimitent un porche plus étroit, de 5 m de profondeur, alors que le corps de bâtiment comprend sur chacun de ses côtés deux rangées de six colonnes chacune, surdimensionnées, avec une circonférence de 2,70m pour une hauteur de 3,50 m. Ces colonnes possèdent une base et un chapiteau décorés. Espacées tous les 1,90 m. elles soutiennent, par l’intermédiaire d’un fort linteau de grès, le mur extérieur d’un étage qui forme une salle haute, de 7 m de large sur 10 m de long, qui n’a plus de plancher (probablement était-il en bois). Ses murs périphériques de pierre, décorés de rinceaux et d’Apsara, sont percés sur chacune de ses grandes façades par cinq fenêtres de 1 m de large sur 1,30 m de haut, à allèges basses. Au-dessus de chaque porte, quatre piliers forment un « balcon », surmonté d’un fronton sculpté dont il ne reste que quelques vestiges. Comme système de couverture, on peut envisager une toiture à deux pentes avec charpente de bois et tuiles. On doit noter qu’il n’y a aucun escalier pour accéder à l’étage. Il a dû exister, probablement en bois, mais on voit mal, étant donné l’étroitesse de la plate-forme et le manque d’ancrage possible à l’étage, d’où il pouvait partir et où il pouvait arriver. La destination de ce bâtiment demeure toujours aussi mystérieuse. Certains auteurs y voient un grenier à céréales. D’autres pensent, peut-être avec davantage de vraisemblance, à une sorte de promontoire d’où le roi et les dignitaires pouvaient assister aux spectacles qui se déroulaient sur la terrasse du massif de latérite qui lui fait face à l’ouest et, éventuellement, aux évolutions nautiques qui avaient lieu sur le bassin de 20 m sur 50 m situé tout près, sur le côté nord.

  • Massif de latérite

À 11 m à l’ouest de l’édifice sur colonnes et dans son prolongement, se situe un massif de latérite à retraits successifs. Sa base rectangulaire à redans mesure 10 m sur 28 m, alors que sa terrasse supérieure n’est plus que de 6 m sur 18 m. On accède à cette terrasse, haute de 3,50    m au-dessus de la chaussée, par deux escaliers de quatorze marches chacun, situés aux extrémités est et ouest. Ils sont flanqués de murs d’échiffre, surmontés de quelques lions de pierre assis. Tout comme l’édifice sur colonnes, ce massif de latérite pose problème quant à son utilisation : s’agit-il d’une plate-forme pour les danses ou d’un lieu pour les crémations princières ? Les deux hypothèses semblent pouvoir être retenues.
Pour retrouver la sortie ouest, en quittant la terrasse supportant le massif de latérite, on emprunte la chaussée allant vers l’ouest. Puis, en longeant le mur de la 2e enceinte vers le sud, on traversera une petite porte pour se retrouver sur la terrasse du gopura est et, de là, on rejoint le sanctuaire central d’où on peut facilement emprunter le passage vers le sud.

Ce passage, encombré par les éboulis qui le frangent, ne conduit pas à une visite particulièrement intéressante. Assez rapidement, il débouche sur une forêt dense. On pourra, à la rigueur, mais avec précaution, voir le grand bâtiment rectangulaire qui se rattache à l’angle sud-est de la 2e enceinte – mais il n’en reste qu’un socle de grès et des vestiges de murs – et le cloître sud. Il vaut mieux éviter de s’aventurer dans les galeries est et ouest du cloître, car les éboulis instables qui barrent la route, présentent un réel danger. Cette dernière visite terminée, on rejoint le sanctuaire central par le même chemin en sens inverse, et on reprend la direction axiale vers l’ouest, pour atteindre la 4e enceinte et la sortie du temple.

Lesen Sie mehr: Halong Bucht touren

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress