L’hindouisme

L’hindouisme-Shiva

À l’époque correspondant au début de l’ère chrétienne, le brahmanisme produit une ramification qui revêt une forme particulière connue sous le nom d’hindouisme.

Cette secte ne rejette rien de l’apport traditionnel du brahmanisme, mais opère un choix parmi les éléments qu’elle adopte. Les caractéristiques importantes de cette nouvelle religion sont la propension à mettre en relief un personnage transcendant et l’appartenance à une caste. On retrouve dans l’hindouisme la croyance liée au cycle des renaissances et à la récompense ou à la punition des actes de la vie. Se soustraire à ce cycle reste une aspiration constante.

Shiva

L’hindouisme-Shiva

Les textes épiques du Mahabharata et du Ramayana contenaient déjà le germe de l’hindouisme, et la Bhagavad Gita, qui en fait partie, dicte les devoirs incombant aux membres d’une caste. Elle énonce les trois voies qui délivrent des renaissances :

  • la discipline des actes,
  • la connaissance,
  • la dévotion qui devient le plus sûr moyen de sortir du Samsara, en s’abandonnant totalement au dieu prééminent.

Le sacrifice, qui était l’acte majeur de la religion védique, ne se pratique plus, car s’est développée, avec la nouvelle religion, la notion de non-violence (Aimsa), pouvant conduire jusqu’au non-désir de vivre.

Avec l’hindouisme subsistent théoriquement le panthéon brahmanique et ses trente-trois dieux, au-dessus desquels règne la trinité Brahma – Visnu – Siva. Brahma, comme dans la religion précédente, reste un dieu de second plan qui ne reçoit aucune dévotion particulière et que l’on n’invoque qu’à titre individuel.

A voir : Voyage sur mesure au Vietnam | voyage Vietnam Cambodge (Rundreise Kambodscha Vietnam)| voyage Indochine

Visnu compose un personnage très complexe. Par le védisme, il est apparenté au soleil et il occupe une place éminente. Sa représentation la plus captivante demeure celle du dieu endormi sur le serpent Ananta qui flotte sur les eaux primordiales, durant la disparition du Cosmos, en attendant que Brahma vienne recréer le monde. Pour rétablir l’ordre de l’Univers troublé par les démons, Visnu descend sur terre sous des formes diverses (avatar). Leur nombre, d’abord limité, s’est ensuite accru pour atteindre le chiffre de dix. Certains de ces avatars peuvent se présenter sous un aspect humain comme Krisna, avatar majeur, dieu guerrier de la Bhagavad Gita, auquel se superpose un dieu-enfant ou un dieu-berger qui affole toutes les pastourelles, puis Rama, héros du Ramayana.

Il peut apparaître aussi sous l’aspect de Vamana, un nain qui, devenu géant, parcourt le monde et en prend possession en trois pas. Les avatar peuvent aussi se présenter sous une forme mi-humaine, mi-animale, comme Kalkin au corps d’homme et à tête de cheval, ou encore Narasimha, l’homme-lion. Sous l’aspect « animal », on le reconnaît dans le Poisson qui sauva l’humanité du déluge, dans la Tortue qui sert de support au mont Mandara pour baratter l’Océan de lait, et dans le Sanglier qui ramena la déesse Terre à la surface des eaux. Pour les besoins du culte, Visnu est très souvent représenté sous son aspect humain, monté sur l’oiseau mythique Garuda. Très tôt, une compagne est adjointe au dieu. C’est, suivant le cas, Laksmi ou Sri.

Siva, tel qu’il apparaît dans l’hindouisme, est aussi, comme Visnu, un dieu aux origines mêlées. On le connaît comme Rudra, chef de file des divinités de l’atmosphère, et aussi comme un dieu ascète, avant qu’il ne soit assimilé au Temps Destructeur. Il peut être un dieu bienveillant ou redoutable qui détruit le monde par sa danse cosmique du Tandava. On le représente et on le vénère souvent sous la forme phallique du linga. Son épouse est Parvati, encore appelée Uma ou Durga, et le taureau blanc Nandin est son véhicule.

Sehen sie mehr: Mekong Delta tour 5 days | Halong tour

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress