Les épopées indiennes ( Partie 1)

Les épopées indiennes ( Partie 1)-le-mahabrata

1. Le Mahabharata
C’est une épopée dont l’élaboration s’étend sur 600 ou 700 ans, à cheval sur le Ier siècle de notre ère : elle se compose de plus de cent mille strophes divisées en dix-huit chapitres. C’est le document le plus important de l’hindouisme et il devait, par la suite, servir de toile de fond à toute sa littérature. La tradition indienne attribue au seul Vyasa la rédaction de cet imposant récit épique qui n’a pas grand-chose à voir avec la littérature. Il se présente comme une nombreuse suite de thèmes plutôt touffus, qui s’éloignent souvent du sujet principal qui est la geste du clan Bharata, laquelle devait durer deux siècles.

Les épopées indiennes ( Partie 1)-le-mahabrata

Le Mahabharata fait état de luttes tribales qui ont pu se produire vers le x® siècle avant J.-C. À la fin du IIè millénaire avant notre ère, des tribus aryennes venues d’Iran s’installent dans le nord-ouest de rir.de. L’une d’elles appelée Bharata s’organise, par dans, en petits royaumes dont certains vont susciter des litiges. À l’origine du conflit deux de ces dans, aux droits égaux, se disputent la royauté d’Hastinapura, une cité située près de l’actuelle Delhi.Il faut remonter à plusieurs générations en arrière pour comprendre le conflit qui oppose les Bharata : du mariage du roi Santanu, un des arrière-petits-fils de l’ancêtre Kuru (qui donnera son nom au clan des Kaurava), avec la nymphe Ganga, est né Bhisma, un fils plein de raison et de vertus, Santanu, qui cherche à marier sa progéniture, souhaite une alliance avec la princesse Satyavati qui a déjà conçu un fils du nom de Krisna qu’elle a abandonné dans une île et qui, devenu adulte, se fera ermite dans la forêt. Le père de Satyavati qui désire voir son petit-fils devenir roi d’Hastinapura, consent à marier sa fille à Bhisma, à condition qu’il renonce au trône de cette ville et qu’il s’abstienne d’engendrer un descendant qui pourrait rivaliser avec Krisna. Par res-ped pour le roi, son père, Bhisma accepte le marché. De l’union de Bhisma et Satyavati naîtront toutefois deux fils. Le premier est tué dans un combat, sans laisser d’héritier, et le second meurt aussi, sans enfant. Suivant la croyance indienne, ne pas avoir de fils pour accomplir le rite du sacrifice aux ancêtres est un drame, et la coutume, en pareil cas, permet au frère du défunt d’épouser la veuve. Satyavati se souvient alors de Krisna, le fils qu’elle a abandonné. Elle le fait chercher et, lorsque l’ermite se présente devant les deux veuves afin d’accomplir la coutume, il est si miséreux et si laid que la première, fermant les yeux, mettra plus tard au monde un enfant aveugle que l’on appellera Dhrtarastra, et que la deuxième femme, livide de peur, s’évanouit. Elle accouchera d’un enfant tout pâle qui prendra le nom de Pandu qui signifie « le blême ». Bien que Dhrtarastra soit l’aîné, il est écarté du trône d’Hastinapura du fait de sa cécité, et Pandu est proclamé roi. Il prendra deux épouses mais, frappé d’une malédiction, il sait qu’il mourra le jour où il connaîtra une femme ! La légende veut que Kunti, sa première épouse, qui avait donné l’hospitalité à un sage, ait reçu de lui en remerciement le don de concevoir un fils rien qu’en invoquant le nom du dieu de son choix. Devant l’immense détresse de son époux face à sa malédiction, elle obtient des dieux plusieurs fils dont il assurera la paternité. Il y aura successivement Yudhisthira, issu de Dharma, qui personnifie la justice, puis Bhisma, fils du dieu du vent Vayu, et Arjuna, l’archer, le plus beau, né d’Indra, le roi des dieux. De son côté, l’épouse du prince aveugle Dhrtarastra lui a donné de nombreux fils, parmi lesquels se singularise Duryodhana, dont la violence, la jalousie et la haine seront plus tard la cause de la rivalité et de l’affrontement du clan des Bharata.

A voir : Voyage sur mesure Vietnam | voyage Vietnam Cambodge (Vietnam Kambodscha Tour)| voyage Indochine

Pandu étant mort encore jeune, il laisse ses enfants en bas âge – les Pandava -aux soins de son épouse Kunti qui se réfugie chez Dhrtarastra, son beau-frère aveugle, et les enfants des deux familles-Kaurava et Pandava – sont élevés ensemble avec, pour précepteur, leur parent Bhisma. Mais l’entente entre cousins ne règne pas. L’envieux Duryodhana notamment supporte mal la beauté et l’adresse à l’arc d’Arjuna. Les vertus de Yudhisthira et sa grande sagesse engagent son oncle aveugle Dhrtarastra, qui assure la royauté depuis la mort de son frère Pandu, à le choisir pour héritier du trône, plutôt que son propre fils aîné. Celui-ci, furieux d’avoir été écarté, arrive, par des stratagèmes, à décider le roi, son père, à exiler les Pandava et leur mère dans la forêt.

Durant leur temps de bannissement, les Pandava apprennent qu’un roi voisin, Draupada, doit faire le choix d’un époux pour sa fille Draupadi. Tous les fils se rendent alors à la cérémonie sous un déguisement. Arjuna, en gagnant le concours de tir à l’arc, obtient la main de Draupadi qu’il ramène à la maison en annonçant triomphalement à sa mère qu’il avait gagné un trésor. Celle-ci, sans vraiment savoir de quel trésor il s’agit, décide qu’il faut immédiatement le partager. En Inde, la puissance de la parole est telle qu’elle prend force de loi, et c’est ainsi que Draupadi devient l’épouse de tous les frères Pandava qui, leur temps d’exil terminé, retournent auprès de leur oncle, le roi aveugle, pour lui demander ce qu’ils estiment être leur dû. Celui-ci consent à partager son territoire. Il garde pour lui la cité d’Hastinapura et donne à Yudhisthira la ville d’Indraprastha. Ce dernier, généralement si vertueux, a pourtant un grave défaut : il est joueur et son cousin, le jaloux Duryodhana, n’a aucun mal à l’entraîner dans une partie de dés, qu’il falsifie. Forcément vainqueur, il lui extorque la ville d’Indraprastha, met en esclavage ses frères et Draupadi, leurcommune épouse. Celle-ci est constamment et ostensiblement humiliée, si bien que Dhrtarastra, scandalisé par le comportement de son fils aîné, rend tous ses biens à Yudhisthira qui, à nouveau possédé par le démon du jeu, perd une deuxième fois son avoir.

Accablé et excédé, le roi aveugle exile à nouveau, cette fois pour treize années, les Pandava qui vont vivre, durant cette période, de nouvelles et nombreuses aventures. Le temps d’exil terminé, les Pandava veulent à nouveau récupérer leur fief. Leurs cousins Kaurava, peu enclins au partage, sont plus que réticents dans cette affaire. Entre eux, la querelle s’amplifie, s’envenime pour, en définitive, aboutir à la guerre entre les deux familles. Aussitôt, chaque parti fourbit ses armes et recherche des alliances. Krisna, lointain parent des deux belligérants, offre à chacun d’eux soit l’aide de son armée, soit la sienne propre. Duryodhana l’impulsif choisit immédiatement l’armée et, de ce fait, rejette dans le camp adverse Krisna, offensé par ce choix, Par la suite, ce dernier, devenu la personnification de Visnu, se fera le conducteur du char d’Aijuna et par sa présence et son action, aidera à assurer la victoire de la famille Pandava.

Le choc des deux armées est terrible. La bataille se déroule avec des alternances de revers et de succès pour les deux partis. Au cours des combats, Duryodhana, l’âme du clan Kaurava, est blessé à mort. Seuls demeurent autour de lui ses trois derniers partisans qui, par vengeance, se glissent la nuit dans le campement adverse et massacrent les cinq fils de Draupadi. Bhisma, lui aussi grièvement blessé, se lamente devant tant de morts inutiles qui sont tous ses proches parents, mais il meurt cinquante-huit jours après avoir été percé de flèches. De tous les héros qui sont sortis indemnes du combat, certains périront dans un incendie de forêt, d’autres qui avaient entrepris un pèlerinage dans l’Himalaya, disparaîtront en route, mais tous finiront par rejoindre le ciel d’Indra.

Sehen Sie Mehr: 3 Tage Halong Bucht2 Tagestour ins Mekong Delta | Vietnam Rundreise 15 Tage

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress