La navigation et le commerce antique dans l’océan Indien

C’est au viie siècle avant notre ère que des marins phéniciens entreprirent la première circumnavigation du continent africain pour le compte du pharaon égyptien Néchao, de la XXVIè dynastie. À la suite du voyage entrepris en 517 avant J.-C. par Scylax, navigateur grec au service du roi de Perse Darius, qui reconnut le cours de l’Indus, les relations entre cette région de l’Inde et la mer Rouge, par les côtes sud de l’Arabie, s’intensifièrent. L’Égypte, avec le golfe de Suez, devint alors une plaque tournante de la stratégie et du commerce achéménide. Alexandre le Grand, au cours de sa conquête de l’Asie, de 334 à 321 avant J.-C., marque de son empreinte les routes maritimes du golfe Persique et de l’océan Indien, en fondant des cités le long des rives de ces mers. Il envoya Néarque, amiral de sa flotte, explorer le golfe Persique avec une armada construite en Inde.

A voir : Croisieres baie halong(Ha Long Bay tour) | Sampan song xanh | Victoria hotel Sapa tour

Après sa conquête de l’Égypte en 332 avant J.-C., Alexandre établit des comptoirs commerciaux le long de la mer Rouge. Des liaisons directes étaient assunées entre l’Égypte et l’Inde. Ces communications devinrent permanentes avec l’occupation romaine du premier pays en 30 avant J.-C. Elles permettaient d’alimenter Rome, très demanderesse de produits orientaux rares, lesquels étaient acquittés en monnaie d’or. On peut mesurer l’importance de ce trafic au travers des découvertes archéologiques faites en Inde, sur la côte de Coromandel et dans le delta du Mékong(Flussreise Mekong), en Indochine. À la fin du 1er siècle après J.-C., le Périple de la mer Erythrée qui complétait les classiques géographiques de l’époque romaine, énumère, à l’intention des marins et des marchands, les villes côtières de l’Inde, leurs ressources et leurs besoins. Durant cette période, l’utilisation des vents des moussons par les marins méditerranéens permit d’intensifier les échanges, et le géographe Strabon mentionne qu’annuellement, cent vingt navires partent vers l’Inde. Mais Méditerranéens, Arabes et Indiens n’étaient pas seuls à sillonner l’océan. Depuis déjà longtemps, les grandes jonques de Chine fréquentaient les ports du sous-continent et, parallèlement, les navires indiens touchaient les ports chinois en commerçant au passage avec les pays du Sud-Est asiatique qu’ils longeaient.

Sehen sie mehr: Beste reisezeit Vietnam und Kambodscha, Halongbucht

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress