La construction

La construction-angkor

Dans la région d’Angkor, les sols sont généralement formés d’alluvions anciennes et récentes, à forte prédominance de sable. Du fait de la présence d’argile compacte sous-jacente, les sables d’alluvions anciennes sont, plutôt imperméables, alors que les alluvions récentes argilo- sableuses, qui constituent la plus grande partie des terres de surface sur lesquelles ont été posés les monuments, peuvent être infiltrées.

Image décrit la constructions des temples d’Angkor

La construction-angkor

A voir : voyages vietnam cambodgeAgence de voyage indochine

On sait que ce n’est que lorsque le sable peut être contenu qu’il constitue une très bonne assise pour les fondations. Ignorant ou oubliant ce principe, les Khmers ne sont pas allés chercher plus profond un sol stable, ils ont simplement établi sur ce sable un lit de pierres concassées sans liant, sur lequel ils ont posé une ou deux assises, sans cohésion, de blocs de latérite plus ou moins larges, ce qui donne un empâtement susceptible de mieux encaisser et répartir les charges imposées par. l’énorme poids du bâtiment. Mais, avec les fortes averses de la saison des pluies, l’eau atteint, par ruissel-lement, la couche de sable formant l’assise de la construction et, petit à petit, elle draine le sable. Les blocs de latérite n’ayant plus de support, finissent par se disjoindre, entraînant avec eux le déboîtement des blocs des parties supérieures.

Lesen Sie mehr: Ha Long bay tour

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress