Influence des monuments de l’Inde

Influence des monuments de l’Inde - mont Meru

L’Inde, en prenant contact avec le Sud-Est asiatique, a importé dans les pays de cette zone, en même temps que ses religions, les conceptions et les réalisations architecturales propres à ses cultes. Cependant, assez rapidement, conceptions et réalisations ont évolué dans un sens assez différent de celui de l’Inde, et l’on peut dire, surtout en ce qui concerne l’architecture khmère, qu’elle a su créer des compositions tout à fait originales, qui ne doivent rien aux productions indiennes.

Le mont Meru

Influence des monuments de l’Inde - mont Meru

Signification
Le temple plat, avec ses tours qui abritent l’image de certaines divinités, a une signification relativement simple, celle de glorifier les rois passés et les défunts proches du souverain en place. Ces images, par leur intervention auprès des dieux, doivent attirer la mansuétude céleste sur le fondateur du temple.

La signification du temple montagne et de son entourage est, par contre, un peu plus difficile à définir, car ce type de temple est censé représenter sur terre tout le Cosmos à la façon indienne : au sommet d’une montagne qui marque à la fois le centre de l’Univers et le centre de la ville royale, le souverain, par le truchement de sa statue sanctifiée sous les traits d’un dieu, entre en relation tout en haut du temple avec le surnaturel. La pyramide à degrés était donc le lieu privilégié où la communication entre la terre et le ciel était possible, au grand bénéfice du souverain, de sa cour, du royaume et du peuple.

A voir : Voyage sur mesure au Vietnam| voyage Vietnam Cambodge| voyage en Indochine |  voyage Ninh Binh | excursion baie d’halong terrestre | voyage au vietnam et cambodge | Randonnée à ha giang | Circuit Vietnam 10 jours

Symbolisme
On connaît la part importante que la civilisation indienne aussi bien que la chinoise ont pris dans la formation historique de l’Asie du Sud-Est. Les idéaux cosmiques élaborés par les milieux Inspirés de ces deux pays sont imprégnés des anciennes conceptions politiques et religieuses qui étaient en usage dans le Moyen-Orient antique, lequel établissait une relation magique entre le macrocosme et le microcosme.

En Inde, la notion d’un ordre cosmique universel apparaît dès les temps les plus reculés. La conception du Monde est représentée comme un tout à l’image de l’organisme humain ou animal. L’agencement de ce monde est identique à celui du monde des dieux qui possède, comme sur terre, ses montagnes et ses plaines, ses mers et ses fleuves, ainsi que ses palais et ses villes, où réside une population très hiérarchisée avec, à sa tête, un souverain absolu.

Cette notion s’applique aussi bien à chaque individu qu’à la société tout entière. C’est pourquoi on s’emploie à réaliser l’harmonie en modelant le royaume, la cité, le palais et le temple, comme des répliques en réduction de l’édifice Univers. Cette conception, qui assimile le monde des humains à celui des dieux, permet aux hommes d’exercer une action sur ces dieux II y a donc un grand intérêt à aligner les réalisations terrestres sur celles du Cosmos.

C’est l’architecture qui, par la disposition de ses plans et l’édification de ses volumes, a semblé être la-mieux appropriée pour réaliser sur terre le symbolisme cosmique. De tout temps, les hommes ont pensé que Dieu ou les dieux demeuraient dans les deux Pour se rapprocher de ces dieux, leur parler, obtenir leur protection et recevoir leurs faveurs, ils ont construit des monuments qui pointent en hauteur, pour tenter de se rapprocher du ciel, comme les pyramides en Égypte, les ziggourats en Mésopotamie, le temple du Ciel en Chine, les temples montagnes dans le Sud-Est asiatique, les pyramides à degrés en Amérique centrale et les cathédrales en Europe.
De nombreuses créations monumentales dans le Sud- Est asiatique et, plus particulièrement, au Cambodge sont la représentation en réduction de l’Univers, telle que l’a conçue l’Inde brahmanique : au milieu d’un continent central, s’élève-le mont Meru, la montagne cosmique qui est entourée par les astres et par six autres continents disposés tout autour en anneaux concentriques. Cette montagne est aussi bordée par sept océans, le dernier étant limité par une barrière rocheuse. Au sommet du Meru, dans le monde des dieux protégé par les gardiens des huit directions, siège Brahma, le créateur.

Le type architectural adopté au Cambodge pour représenter le mont Meru s’est porté sur la pyramide à degrés.Elle symbolise la demeure, le palais céleste, le sommet sur lequel les dieux se plaisent à résider. L’élancementde la pyramide est encore accentué par les pointes des tours posées en quinconce sur la dernière plate-forme du temple, à l’imitation du mont Meru qui est réputé avoir cinq sommets.
Il est curieux de constater que l’Inde, qui a promu le symbolisme du mont Meru, n’a jamais réalisé sur son propre sol d’édifices en forme de pyramide surmontée de tours en quinconce. Les architectes khmers ont donc su réaliser avec le temple montagne la forme originale qui correspond le mieux au symbolisme du Meru, axe de l’Univers.

Besuchen Sie uns unter: Halong bay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress