Douves et bassins

Douves et bassins-cambodge

Dans la symbolique du temple khmer, les douves participent, entre autres, au caractère microcosmique du lieu, car elles sont assimilées aux océans qui, selon la pensée indienne, limitent le monde. Les bordures de ces douves sont maintenues par des blocs de latérite en gradins, la margelle étant constituée de grandes dalles de grès. Rien qu’à Angkor Vat, cette margelle représente une longueur développée de près de 6 700 m.

Un bassin à  Angkor

Douves et bassins-cambodge

Le creusement des douves a nécessité un énorme travail, certainement mené par plusieurs milliers d’hommes, tout au moins pour ce qui est des grands sanctuaires comme Angkor Vat, où celles-ci, larges de 200 m et profondes de 2 m en moyenne, ont nécessité un transport de terre de 1 700 000 m3 environ, soit le volume équivalent à une tour carrée de 100 m de côté et de 170 m de haut. Quant au problème de l’évacuation et du stockage des déblais, on peut penser que ceux-ci ont servi, en partie tout au moins, à constituer le remplissage des diverses terrasses des monuments.

A voir : Voyage sur mesure au Vietnam| voyage Vietnam Cambodge| voyage en Indochine

Suivant leur destination, on distingue plusieurs types de bassins:

  • les bassins qui accompagnent généralement l’allée principale d’accès au temple, de petites dimensions:  ceux d’Angkor Vat mesurent 53 m sur 110 m. Ils parti¬cipent, avec les douves, à la représentation microcosmique du monde ;
  • les bassins, ou Srah, se situant pour la plupart à l’est, au départ de l’allée principale d’accès et dans l’axe du sanctuaire. Les débarcadères existant encore en bordure des bassins suggèrent que l’on pouvait aussi accéder ou partir du temple par voie d’eau. On connaît desSrah de dimensions moyennes comme le SrahSrang (300 x 700 m) qui est le bassin de BanteayKdei ;
  • les bassins de grandes dimensions ou Baray. Le pre¬mier à être aménagé dans la région d’Angkor est large de 800 m et long de 3 500 m. Il est situé au nord du groupe actuel de Roluos. C’est i’Indratataka.

Le roi Yasovarman Ier, aussitôt après avoir établi sa capitale à Angkor à la fin du IXe siècle, fit construire le Baray oriental, large de 1 800 m et long de 7 000 m. Cette pièce d’eau, si elle avait sa place dans les croyances khmères, joue aussi un rôle dans l’alimentation en eau de la ville, et peut-être dans celui de l’irrigation des rizières environ¬nantes. À la suite de plusieurs difficultés, le Baray oriental se trouva asséché une quarantaine d’années après sa réalisation. Ce n’est qu’au début du XIesiècle qu’un nou-veau grand bassin, large de 2 000 m et long de 8 000 m, le Baray occidental, fut aménagé à l’ouest d’Angkor, certainement pour pallier à l’assèchement du Baray oriental. Dans la seconde moitié du XIIe siècle, le roi Jayavarman vil fit établir un bassin large de 900 m et long de 3 500 m qui est l’aboutissement, à l’est, de la chaussée axiale du temple de Preah Khan. On doit noter que la plupart de ces grands bassins comportent en leur centre une petite île sur laquelle se situe; un monument plus ou moins important, comme par exemple le Mebon oriental au cœur du Barayoriental.! Une particularité concerne les bassins du Preaih Khan et du Baray occidental : rite située en leur milieu est elle- même constituée par un monument avec bassin I un bassin dans un bassin en quelque sorte.

Lesen Sie mehr: Halong Vietnam

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress