Destination

Destination-temple-khmer-cambodge

Les spécialistes de la civilisation et de l’art khmers ont longuement polémiqué pour déterminer si les temples de l’ancien Cambodge, et plus particulièrement les temples montagnes, sont seulement des temples ou uniquement des tombeaux. Il semble maintenant établi qu’ils sont à la fois temple et tombeau. Ce sont des temples, car c’est dans le sanctuaire principal que le souverain ou le grand prêtre, lorsque le roi délègue ses pouvoirs, viennent invoquer le dieu ou les dieux pour les inviter à dispenser leurs bienfaits sur leur personne et sur le royaume.

Temple khmer à Siem Reap

Destination-temple-khmer-cambodge

Cependant, nous ne devons pas nous représenter ce lieu de prière identique à ceux que nous connaissons de nos jours en Occident. Le temple khmer n’est pas un endroit où le peuple vient louer et implorer un être suprême, ou son messager, pour son compte personnel, mais il est plutôt la résidence d’un dieu créateur de l’Univers qui, sollicité par les puissants sur terre, a pour mission d’assurer la prospérité du pays et de ses dirigeants, dont dépend le sort de ce pays. Pour se concilier les bonnes grâces de ce dieu, sous sa forme de pierre, on le sert et on l’entretient comme on le fait pour un véritable monarque sur terre : le matin, on l’éveille et on le toilette ; trois fois par jour, on le nourrit avec beaucoup de soins et, le soir, on le couche avec tout un cérémonial ; tout au long du jour, des musiciens viennent le divertir. Il possède même ses propres domaines, avec ses propres rizières, que ses propres paysans cultivent, pour son plus grand bénéfice.

A voir : Trek Sapa| excursion Ninh Binh| trek à Mai Chau

Le temple est donc la véritable demeure du dieu, et de son parfait entretien dépendent les bonnes dispositions de ce dieu, envers ses donateurs.

Les temples khmers sont aussi des tombeaux, e sens qu’ils deviennent la demeure du roi défunt, identifié au dieu qu’il a choisi. Nous n’avons que peu renseignements sur les rites funéraires des and Khmers : on doit ici encore se référer aux relations Tcheou Ta Kouan et se reporter à ce qui se pratique encore de nos jours, en pareilles circonstances, dans cours cambodgienne et thaï.

Toutes les cuves funéraires qui ont été découvertes! Cambodge – en tout, une douzaine – ont été trouvavides. Elles sont relativement exiguës, ce qui semble indiquer que le cadavre, encore frais, y est placé en position fœtale, symbole d’une nouvelle naissance. Le trou situé à la base de la cuve sert à l’écoulement des sérosités et l’ouverture réservée sur le haut du couvercle pyramidal peut favoriser l’évacuation des gaz du corps en décomposition, et permet aussi le passage du cordon qui établit un lien symbolique entre le mort et le monde des vivants. Lorsque le corps est desséché et que le jour favorable pour la crémation a été déterminépar les astrologues, on brûle le cadavre et les cendres récoltées sont déposées dans une urne qui trouve sa place dans le temple. Les restes des grands du royaume reposant au cœur du temple, cela permet de dire que ce temple est aussi un tombeau.

Für mehr Infos: Vietnam Halong

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress