Bayon ( Partie 12)

19. Galerie est, aile nord

Le panneau 122 dans le pavillon d’angle, très dégradé, est peu lisible. On y reconnaît cependant, sur trois registres, des guerriers à pied et à cheval ainsi que des porteurs de palanquin. De l’autre côté de ce pavillon, en 123, un roi dans son palais, épée en main, est en discussion avec des brahmanes. De 124 à 129, nous assistons à une procession. Dans un char richement décoré, un personnage est assis, glaive en main, sa coiffure à trois pics fait penser au seigneur de la galerie précédente. Le char, en dépit de ses six roues, semble se déplacer soulevé par des porteurs. Entre les roues apparaissent des oies sauvages, ce qui suggérerait qu’il s’agit, en fait, d’un palais volant. Sur les deux registres, le défilé se poursuit surtout constitué de troupes en armes. L’extrémité du panneau est bloquée près de la porte par une grande représentation de déesse sous arcature. En 130, Siva, son trident à la main, assis à la javanaise sur un trône, semble flotter sur des eaux où pullulent des poissons et des animaux fantastiques.

A voir : Croisieres baie halong | Circuit Mékong | sapa trek

Devant le siège du dieu, un roi, en grande taille, est allongé face contre terre. Sur le registre inférieur, des porteurs ont déposé leur charge au sol. Tout de suite après, en 131, on assiste à des scènes nautiques : deux pirogues se font face. Devant chacune d’elles, un homme a sauté à l’eau pour pêcher. Chacun des poissons capturé semble retenu du bord de la pirogue par une longue gaffe. En retour de mur, en 132, le panneau qui l’occupe a donné lieu à plusieurs interprétations qui s’appuient sur une vieille légende khmère qui rapporte qu’un roi passant devant une montagne entendit une voix qui sortait d’un rocher. Il le fit ouvrir et y découvrit à l’intérieur une princesse, ou une nymphe, qu’il épousa. Sur le bas-relief, la pierre enfermant la princesse (ou sa statue) a été extraite en partie et plusieurs ouvriers s’affairent en pesant sur des leviers ou en frappant la roche avec des marteaux, ou encore en tirant sur des câbles, aidés en cela par deux éléphants qui halent, chacun de leur côté, encouragés par leur cornac. Juste sous la statue, il semblerait qu’on ait allumé un feu pour faire éclater la pierre.

Dépassant le passage intermédiaire, nous entrons dans un petit vestibule consacré à la fameuse légende du Roi lépreux qui rapporte qu’un roi khmer dont le nom n’a pas encore été déterminé, a contracté la terrible maladie. Nous voyons en 133, le roi dans son palais, entouré de ses courtisans. En 134,le roi, debout, est aux prises avec un serpent géant qu’il finit par terrasser, mais, mordu par le reptile au cours de la lutte, celui-ci lui aurait inoculé le venin qui transmet la lèpre. Revenu dans son palais en 135,il fait examiner ses mains marquées par la maladie. Sur les registres inférieurs, des brahmanes méditent dans des grottes et des personnages parcourent la forêt, peut-être en quête d’une plante médicinale qui sauverait le roi.

Sehen Sie mehr: Bhaya cruise Halong bay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress