Bayon ( Partie 11)

18. Galerie nord, aile est

En 101, en retour de mur, au centre de la composition, Siva, armé de son trident, est monté sur le taureau Nandin. À ses côtés, son épouse Uma. Sous le dieu, dans un pavillon, on voit une scène de danse. En 102, le tableau est établi suivant deux registres. Sur celui du bas, des serviteurs portent sur des plateaux des offrandes qu’ils vont livrer au niveau supérieur en empruntant un escalier. À l’étage, sous un pavillon, une petite pyramide à degrés supporte une urne, peut-être en vue d’une incinération. Tout près d’elle, un homme assis semble tenir un parasol replié. Derrière lui, une réduction de temple est surmontée du trident, attribut de Siva. Plus loin, un groupe de femmes se tient agenouillé alors que des serviteurs descendent un autre escalier après avoir libéré leur plateau en 103.

A voir : Croisieres baie halong | Sampan song xanh | Victoria hotel Sapa tour

Le tableau 104 se réfère à l’épopée du Mahabharata : Siva, déguisé en chasseur, dispute au prince Arjuna un sanglier que chacun prétend avoir tué le premier. On voit ici les antagonistes, l’arc à la main, prêts à en découdre. Le sanglier, objet du litige, se tient entre les deux combattants. Au registre supérieur, Arjuna rend hommage à Siva qui, pardonnant à son adversaire, lui remet une arme magique.

Sur la suite des panneaux 105, 106, 107, situés après la porte, on reconnaît la scène où le géant Ravana, aux bras et aux têtes multiples, essaie d’ébranler le mont Kailasa sur lequel siège Siva et son épouse Parvati. À la droite du dieu, on devine un palais volant, soutenu par les oies hamsa.
En 108, le palais situé au premier plan est occupé par plusieurs personnages faisant le geste du respect. Au plan suivant, sous un portique, un haut personnage, une épée sur l’épaule, est éventé par des serviteurs. Après le passage intermédiaire, on se trouve dans un petit vestibule où les panneaux 109 et 110, sur plusieurs registres, font défiler un grand nombre de participants, où se mêlent des porteurs de fléau, des palanquins de forme ronde et des charrettes à bœufs. Sur le registre supérieur, on transporte sur les épaules un coffre de dimensions importantes. En 111, après avoir passé la porte, on retrouve le défilé précédent. Tout le long panneau de 112 à 120 est consacré à Siva où il est représenté d’abord sous un pavillon, la face bûchée. Puis, sur un autre tableau, entouré d’adorateurs, il dispense ses bienfaits à la foule qui vient vers lui, suivie par des porteurs de bannières, un orchestre, des guerriers et des éléphants. En 117, s’opère un renversement d’intérêt avec un personnage assis sur un siège pliant, tournant le dos aux scènes précédentes et contemplant un pavillon mobile très décoré, monté sur un char à six roues, qui ne porte pas de passager et ne comprend pas d’attelage. Derrière ce véhicule, en 118, est agenouillé un seigneur en grande taille, coiffé, semble-t-il, d’une mitre basse à trois pointes.

En 119 et 120, nouvelles représentations de scène de palais. Sous un pavillon, un personnage assis, peut-être celui qui se tenait derrière le char précédent, garde une épée pointée vers la terre. Sur sa droite, une harpiste fait danser deux ballerines. Le bas-relief se termine, en 121, par des scènes de forêt : un ermite médite dans la montagne, une femme, de face, porte un bagage sur sa tête, dans un étang, on voit un poisson nager parmi les nénuphars.

Besuchen Sie uns unter: Bhaya cruises

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress