Bayon ( Partie 10)

17. Galerie nord, aile ouest

Le panneau d’angle situé en 84, dans le pavillon d’angle, est difficilement lisible. On devine, sur plusieurs registres, qu’il s’agit du passage dans la forêt de guerriers à pied et à cheval. Le long bas-relief qui débute en angle, en 85, sur plusieurs registres, présente plusieurs palais superposés. Dans celui de la partie haute, un dignitaire est en discussion avec ses conseillers. De là, s’ébranle à travers la forêt une suite de serviteurs qui portent des offrandes en 86, 87 et 88, jusqu’au pied d’une montagne peuplée d’animaux sauvages, parmi lesquels deux serpents aux corps divergents, mais liés par la queue, ce qui pourrait symboliser la rencontre de ce cortège avec un autre qui vient du côté gauche. Près de la montagne, un rassemblement s’est constitué à côté d’un temple aux portes closes, gardées par des Dvarapala. En 89, au-delà du sanctuaire, deux hauts personnages abrités par des parasols et portant, en 90, le trident des adeptes de Siva, conduisent un cortège arrivant de la gauche et qui se dirige aussi vers le temple aux portes closes. En 91 et 92, des jonques accostent. La proue et la poupe de ces navires sont décorées d’une tête de makara dressé. Sous les pavillons des bateaux, des personnages en grande taille portent un trident sur l’épaule droite. Sur une deuxième jonque, des danseurs esquissent des pas, pendant que des marins se restaurent. Près des embarcations de nombreux poissons et crocodiles se faufilent alors que, dans le ciel, s’élève un vol d’oiseaux. On peut penser que les occupants de ces navires sont partis participer à l’inauguration du temple au pied de la montagne.

A voir : Voyage Ninh Binh | trek Mai Chau | Aventure au Vietnam

En 93, les ascètes qui sont en prière dans la forêt, sont tournés vers le panneau 94 où Siva aux dix bras, la barbiche en pointe, danse la tandava qui rythme la destruction et la création du Monde. Il est assisté sur sa droite, de Visnu qui porte ses quatre attributs, et sur sa gauche, de Brahma, à trois faces et quatre bras, derrière lequel se tient Ganesa à tête d’éléphant. Il est probable que le sujet qui « entrouvre sa chemise » en dessous de la plate-forme où danse Siva, est Karaikkalamaiyar, la sainte dévote adepte du dieu. En retour de mur, en 95, un Siva nimbé, au centre du panneau, est entouré de Brahma et de Visnu. Des ascètes et des animaux peuplent la forêt. Au bas du tableau passe un sanglier sculpté avec un grand réalisme.

Après avoir contourné le pavillon intermédiaire, on voit sur le panneau 96, abrité sous un pavillon, Siva et Uma, son épouse, assis, entourés de brahmanes et de femmes. Sur la droite du dieu se tient le taureau Nandin, sa monture. En 97, une jeune fille, sous un pavillon, est entourée d’un ascète et d’un dieu identifié à Kama, dieu de l’amour, sur la gauche. Cette représentation serait en rapport avec l’égarement de Brahma qui éprouva un sentiment incestueux envers une de ses filles. Les panneaux suivants (98 et 99) qui doivent être considérés inversement, sont attachés au thème de la légende de Kama à qui les dieux ont demandé de détourner Siva de sa méditation. En 99, Kama se trouve installé dans son palais, alors qu’en 98, il tire avec son arc sur le dieu Siva. Le bas du tableau, peu lisible, retrace probablement l’instant où Kama est réduit en cendres par le rayon de feu du troisième œil de Siva. Le tableau 100 montre Siva trônant sur le taureau Nandin.

Lesen Sie mehr: Ginger cruise Halong bay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress