Baray occidental

Baray occidental-angkor
  • Sign. : La Grande Étendue d’eau plate du côté ouest Date : XIè siècle
  • Constructeur : Suryavarman Ier, probablement
  • Pron. : baray khang litch
  • Repère : G à K. 2 à 17
  • Intérêt : * archéologique, promenade
  • Visite : matin ou après-midief

Baray occidental-angkor

1.Accès
Partant du centre de Siem Reap, prendre en direction de l’ouest, la route qui mène à Sisophon. À 7,5 km, on trouve, à droite, une autre route, longée en grande partie par un petit canal. Au bout de 2,5 km, elle aboutit à la digue sud du Baray.

2.Caractéristiques
La partie ouest de cette immense pièce d’eau était, jusqu’il y a quelques années, un lieu de baignade agréable. Une plage de sable fin en pente douce se poursuivait par des fonds pouvant dépasser 4 m. Actuellement, après la construction de la digue, la plage a disparu, mais on peut prendre un bateau pour visiter les ruines du Mebon, qui se trouvent sur l’île au centre du bassin.

A voir : 3 jours 2 nuit baie d’Halong | croisiere 2 jours 1 nuit sur le mekong vers rach giaVisiter Sapa

3.Description et commentaires
Le Baray occidental forme un vaste bassin quadrangu-laire de 2 km de large sur 8 km de long, dont les eaux sont retenues par des berges de terre. Son talus, à l’est, vient se confondre avec la berge de la douve qui entourait, peut-être, à l’ouest, le Phnom Bakheng, centre de la première ville d’Angkor. Dans la partie occidentale du Baray, on a repéré d’anciennes chaussées et trouvé des restes de constructions ainsi que plusieurs objets, ce qui tend à prouver que la mise en eau a recouvert une région habitée avant sa construction. Le temple d’Ak Yom, enterré sous la digue sud (voir la description du temple p. 128) et les monuments alentour, comme Prei Khmeng, Kok Po et le Prasat Phnom Run, indiquent que des agglomérations ont existé là, dans le courant des siècles précédents. Au centre de cette grande pièce d’eau, se situe le monument du Mebon occidental, dont la description est faite par ailleurs.

Le Baray n’est pas entièrement inondé. La partie occidentale reste en eau même en saison sèche, alors que la partie est, qui s’est ensablée, a été convertie en rizières où plusieurs villages se sont implantés.

Certains assurent que ce Baray occidental, tout comme son pendant, le Baray oriental, avaient avant tout un rôle économique, en servant de réservoir pour l’irrigation des champs de riz à la saison sèche. D’autres pensent que cette vaste pièce d’eau avait un double rôle : d’abord une destination religieuse comme bassin sacré et, accessoirement, une fonction de réservoir pour l’irrigation.

Se pose aussi la question du mode de remplissage que l’on peut envisager sous plusieurs angles : directement par l’eau de pluie, par remontée des eaux de ruissellement sur la couche d’argile sous-jacente, ou une alimentation par l’eau de la rivière de Siem Reap, voire l’association de ces trois possibilités.

De même, on a émis l’hypothèse que, grâce à l’irrigation provenant des Baray, les paysans khmers pouvaient obtenir trois récoltes de riz par an, ce qui aurait permis de nourrir une population estimée à 1 000 000 de personnes au moins ! On peut formuler quelques réserves sur cette dernière estimation, lorsque géologues et agronomes nous assurent que le sol de la région d’Angkor se révèle être, de tout le Cambodge, un des moins adaptés à la culture du riz.

Sehen Sie mehr: Ocean tours Halong bay

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress