Banteay Samre ( Partie 2)

Banteay Samre ( Partie 2)

3.3. 1re enceinte
Constituant une sorte de chaussée à redans, un soubassement mouluré en latérite, haut de 1,60 m, supporte la 11 enceinte qui dessine un quadrilatère de 38 m de large sur 44 m de long. Le mur extérieur aveugle est interrompu par quatre gopura, et chaque angle saillant de l’enceinte amorce un semblant de pavillon d’angle. Sur le côté est, le gopura se compose d’un hall cruciforme auquel viennent s’adjoindre deux vestibules dans l’axe, et deux pièces latérales qui forment passage. Chaque « pavillon d’angle » est aussi accessible par deux escaliers extérieurs, mais des fausses portes de grès, grossièrement traitées, bouchent les entrées.
Les travaux d’anastylose effectués pendant huit ans ont révélé que la galerie périphérique de la 1re enceinte avait remplacé le mur d’enceinte d’origine. Si le mur extérieur de ces galeries est aveugle, les murs sur l’intérieur, également en latérite, possèdent des fenêtres à balustres. Ces dernières semblent être actuellement les seules voies d’accès possibles à ces galeries de 1,50 m de large, car les passages qui étaient situés en bout des salles annexes des gopura ont été bouchés. La couverture est assurée par des blocs de latérite en encorbellement. Tous les linteaux et les frontons des gopura sont intéressants, tant sur le plan de la sculpture que sur celui de l’iconographie. Ils font l’objet d’une description détaillée séparée.

Banteay Samre ( Partie 2)

  • Intérieur de la 1re enceinte

Le mur intérieur de la 1re enceinte est bordé par un trottoir périphérique de 1,30 m de large, à redans, dallé de grès, posé sur un soubassement décoré. Le long de cet ensemble de 1,60 m de haut, court un garde-corps sur dés en forme de naga-balustrades.
Jusqu’aux années 1950, les naga dressés à cinq têtes, abouts de cette balustrade, comptaient parmi les plus beaux de l’art khmer. Malheureusement, il ne reste plus maintenant de ces magnifiques sculptures que des vestiges rongés par le temps. Toutefois, on pourra voir ceux situés à l’angle nord-ouest de la cour, qui sont encore acceptables.
De ce trottoir, qui est un ajout au plan initial du monument, descendent cinq escaliers rejoignant le sol dallé d’une deuxième cour intérieure, ce qui permet, entre autres, d’accéder aux « bibliothèques ».

A voir : Voyage Ninh Binh | trek Mai Chau | Aventure au Vietnam

3.4. « Bibliothèques »
Coincées dans les angles nord-est et sud-est de la cour intérieure, ces deux petites « bibliothèques », construites en grès, sont identiques de forme. Mesurant 4,50 m de large et près de 9 m de long, elles sont montées sur un soubassement à redans d’une hauteur presque égale à celle du trottoir périphérique. Chacune comporte deux escaliers d’accès, mais du fait de la construction du trottoir, ceux situés sur le côté est sont impraticables. Les « bibliothèques » se composent d’un petit vestibule ouvert à l’ouest et d’une salle de 2,50 m de large sur 5 m de long.
Le corps principal de chaque « bibliothèque » est surmonté d’un attique décalé, que recouvre une voûte en encorbellement. Seules de petites fenêtres horizontales à barreaudage éclairent faiblement l’intérieur. L!entourage des portes des « bibliothèques » est le même que celui des gopura. Seuls, les éléments décoratifs diffèrent.

3.5. Sanctuaire central
Lensemble du sanctuaire central est posé sur un soubassement à redans de même niveau que le sol du gopura est de la 11 enceinte. On peut y accéder par cinq escaliers qui partent du sol de la cour intérieure, mais l’arrivée par l’est reste la plus courante. Cet ensemble est constitué d’un bâtiment séparé, antichambre du sanctuaire (mandapa), et du sanctuaire lui-même.
Construit en grès, ce mandapa est une salle allongée cruciforme de 2,50 m de large sur 7 m de long, flanquée sur l’axe principal est-ouest de deux petits vestibules passages. Deux portes latérales donnent sur des escaliers qui descendent jusqu’au sol de la cour intérieure. La porte principale et les deux portes latérales sont encadrées de pilastres et de colonnes baguées à facettes, qui soutiennent des linteaux et des frontons par l’intermédiaire de corbeaux. Des fenêtres à double rangée de balustres assurent l’éclairage de la salle. La couverture, comme celle des « bibliothèques » proches, comporte un petit étage, décalé en attique, que couvre une voûte en encorbellement, surmontée d’une « crête » d’épis de faîtage. Les abouts de la couverture sont masqués par des pignons-frontons sculptés. À l’intérieur de l’antichambre, la plupart des linteaux au-dessus des portes sont décorés. On remarquera la « cuve » funéraire assez bien conservée. Poursuivant la visite vers l’ouest, on traverse deux vestibules contigus pour arriver dans le saint des saints, qui se réduit à une cella carrée de 3 m de côté. Ses autres portes d’accès (nord, sud et ouest) sont occultées par de fausses portes. À l’extérieur, des vestibules en cul-de-sac, de 1,70 m de profondeur, comprennent chacun deux fenêtres et une ouverture située dans Taxe d’un escalier descendant dans la cour intérieure. Chaque vestibule est couvert par une voûte en encorbellement à deux ressauts arrêtés par des frontons décorés. La cella elle-même est surmontée par une toiture de cinq étages en retraits successifs, qui forment une ogive d’un galbe parfait. Le motif de couronnement est un bouton de lotus. Sur chaque étage de la couverture, sont posées des pièces d’accent et des motifs sous arcatures.
La longue chaussée ouest qui se poursuit jusqu’à l’angle sud-est du Baray oriental est ponctuée de bornes de pierre sur ses deux côtés.

Lesen Sie mehr: V’Spirit cruise

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress