Banteay Samre ( Partie 1)

Banteay Samre
  • Sign. : La Citadelle du Samré
  • Date : milieu du XIIè-XIIIè siècle
  • Constructeur : un dignitaire de Suryavarman
  • Culte : brahmanique (visnuїte)
  • Dégagement : 1930
  • Travaux : anastylose de 1936 à 1944
  • Pron. : bantiay samraé
  • Repère : voir plan annexe
  • Intérêt :*** archéologique, artistique
  • Visite : le matin

Banteay Samre

1.Accès
On associe généralement la visite de Banteay Samre à celle de Banteay Srei, les deux excursions pouvant se faire dans la même demi-journée.
Prendre le Grand Circuit par la droite. Passer devant le Srah Srang et le Pre Rup. Avant d’arriver au Mebon oriental, une route en terre s’ouvre sur la droite. À 1,5 km en ligne droite, après avoir traversé le village de Pradak, on aperçoit sur la droite, le gopura nord de la 2e enceinte de Banteay Samre.

A voir : voyages sur mesure vietnam | voyage Vietnam Cambodge | voyage Indochine

3. Description et commentaires
Banteay Samre se dresse, isolé, près de l’angle sud-est du Baray oriental, à environ 400 m de sa digue. Une levée de terre joint d’ailleurs cette digue au temple et se poursuit au-delà vers l’est. Tout comme la plupart des autres temples khmers, Banteay Samre comportait peut-être davantage d’enceintes que les deux qui existent aujourd’hui. Mais, du fait des remaniements et de l’oubli dont ce temple a fait l’objet, il est possible aussi qu’il n’ait jamais existé que les enceintes que nous connaissons. Les douves qui entouraient l’ensemble de ce monument et les deux bassins situés de part et d’autre de la chaussée d’accès est sont uniquement décelables par avion.
Arrivé par le côté nord du monument, on le contourne par la gauche, pour commencer la visite par la longue chaussée est.

3.1. Chaussée d’accès est
Pavée de latérite, cette chaussée est large de près de 7 m et longue d’environ 140 m. Elle est bordée sur ses deux côtés par des raga-balustrades de 0,95 m de haut, aujourd’hui en grande partie renversés ou disparus. De part et d’autre de la chaussée, s’ouvrent quatre escaliers qui donnent sur les champs et sur deux bassins asséchés. La chaussée conduit à une grande terrasse en forme de croix de plus de 23 m de large sur 27 m de long. Un escalier axial de huit marches, encadrés de lions assis, donne accès à cette terrasse surélevée de 0,90 m. Entourée de naga-balustrades, sa bordure extérieure, en avancée sur le mur de soubassement, est soutenue par une suite de courtes colonnes. De cette première terrasse, on accède par quelques marches à une nouvelle plate-forme, plus haute de 0,60 m, qui conduit au gopura est de la 2e enceinte, en traversant une nouvelle chaussée, toute en largeur, dont le mur de soutènement porte encore les traces d’une sculpture de qualité.

2. Caractéristiques
Ce monument est remarquable par son classicisme, la belle qualité de son ornementation et le grand intérêt iconographique de ses sculptures. S’ajoute à ces qualités, le romantisme d’un temple solitaire dans la plaine cambodgienne. Malheureusement, nous ne connaissons aucune inscription relative à ce temple, auquel est liée une des plus belles légendes du Cambodge, celle d’un membre de la tribu des Samre devenu roi, la légende du « roi aux concombres doux »

3.2. 2e enceinte
Le gopura est de la 2e enceinte n’est marqué extérieurement que par un petit porche aux piliers disparus, et par un décrochement en avancée du mur. Celui-ci, haut de 4,50m, est construit en blocs de latérite reposant sur une base importante, moulurée, de 1,40 m de hauteur. Il forme un quadrilatère de 77 m de large sur 83 m de long. Sur l’entrée axiale est, deux larges pilastres de latérite ponctuent le décrochement et supportent un fronton de grès assez dégradé. Seule sa partie inférieure porte encore un décor. La largeur de la porte elle-même n’excède pas 1,40 m. Elle est encadrée de deux colonnes de grès, baguées, à plusieurs facettes, qui supportent un linteau de hauteur réduite, décoré de feuillage en spirales. Les superstructures ont disparu.

  • Intérieur de la 2e enceinte

Après avoir franchi la porte, on pénètre à l’intérieur de la 2e enceinte. Partant sur la gauche, on peut rapidement en faire le tour en empruntant la galerie périphérique de 2,70m de large, pour admirer linteaux et frontons. On s’arrêtera cependant devant chacun des gopura, tous identiques dans leur conception : ils sont constitués d’un hall cruciforme, donnant accès latéralement à deux petits vestibules et à une ouverture avec porche, qui débouche d’une part sur la cour intérieure située 1,85 m en contrebas, et d’autre part sur l’extérieur, par un autre porche et un escalier assez raide.

Sur les côtés ouest, nord et sud, on constate que le mur en latérite extérieur, limitant le portique, est percé de fenêtres permettant des vues sur la cour, et que le portique qui le longe, large de 2 m, est ponctué tous les 3 m de piliers de grès carrés de 0,34 m de côté. Ces derniers piliers sont décorés de fleurs de lotus à la base et sur le chapiteau qui est surmonté par un tenon de pierre. Ce tenon servait d’accrochage à une charpente en bois, et l’on peut voir, dans le mur, les réserves ménagées pour les arbalétriers et les entraits. Ce portique était couvert de tuiles. Sur la face intérieure du mur sud de l’enceinte, on remarquera, à 2,10m du sol, la succession de petites fenêtres à balustres recoupées verticalement par des meneaux de latérite. On appréciera les sculptures des linteaux et des frontons des gopura, lesquelles sont décrites et commentées par ailleurs.

La galerie périphérique et le portique longeant le mur d’enceinte n’existent pas sur le côté est (soit qu’ils n’aient pas été construits, soit qu’ils aient été démolis). De retour devant le gopura est, on se trouve en présence d’une avancée à redans du perron, comme en possèdent d’ailleurs les trois autres gopura. Ces perrons, avec leurs vis-à-vis de la 1re enceinte, divisent la cour intérieure en quatre quartiers en L, avec une largeur moyenne de 13 m. Par un petit escalier axial, on descend du gopura est jusqu’au niveau du sol de la cour. Le soubassement et l’escalier que l’on quitte sont accolés à l’escalier de la 1re enceinte que Ton va emprunter, ce qui fait que l’on éprouve quelques difficultés pour passer d’un escalier à l’autre.

Sehen Sie mehr: Huong Hai junk

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress