Angkor Vat ( Partie 10 )

12. Branche ouest

S.Face nord
Au-dessus de la fenêtre, se trouve représentée une scène du Ramayana mais l’ensemble est très dégradé. Après sa victoire, Rama se fait transporter dans Ayodhia par le char merveilleux Puspaka, propriété de Kubera, dieu de la richesse, que le géant Ravana avait jadis dérobé. Ce char, magnifiquement décoré, est attelé d’oies sacrées hamsa. On peut supposer que les images, érodées maintenant, représentaient Sita, Laksmana et le roi des singes Sugriva. Le décor est prolongé en partie basse, entre la fenêtre et l’angle droit du mur, par un panneau vertical très bien conservé, montrant, sur plusieurs registres, des singes batifolant et jouant de la musique.

A voir : Excursion Ninh Binh | trek à Mai Chau | Aventure au Vietnam

T. Face ouest
Au-dessus de la porte, sous un arc, une autre scène du Ramayana : au milieu d’un groupe de singes, Rama, au centre de la composition, et son frère Laksmana écoutent le démon Vibhisana, frère de Ravana, qui, trahissant ce dernier, fait alliance avec Rama. Le singe qui porte la couronne et se tient derrière Laksmana semble être Sugriva, ou peut-être Hanuman.

U. Face sud
Au-dessus de la fenêtre, une scène du Ramayana sur un panneau en partie dégradé sur le côté droit. Au milieu des registres des démons (Raksasl), en position assise, cachée dans un bosquet d’arbres Açoka, Sita, prisonnière à Lanka (Sri Lanka) du géant-démon Ravana, remet au chef des singes Hanuman, venu lui rendre secrètement visite dans sa prison, un anneau, afin que celui-ci puisse prouver à Rama le succès de sa mission.
À la gauche de Sita, se tient la Raksasi compatissante Trijata.

13. Branche sud 
V. Face ouest
Au-dessus de la fenêtre, un panneau difficilement lisible. L’identification de la scène est incertaine. Il pourrait s’agir de Visnu, aux quatre bras, assis, entouré d’Apsara s’avançant vers lui, dans l’attitude de l’adoration.

W. Face sud
Au-dessus de la porte, sous un arc trilobé, une scène du Ramayana. Au centre de la composition, l’imposant Raksasa Kabandha, portant un impressionnant visage de démon, est en lutte contre Rama et son frère Laksmana. Ces derniers s’élancent, l’arme au poing, de part et d’autre du monstre.

X. Face est
Cette scène tirée du Ramayana se passe à la cour de Janaka, roi de Vidhea, qui a organisé un concours de tir à l’arc. Pour récompenser Rama, le vainqueur, de sa force et de son habileté lors de la compétition, il lui donne sa fille, la princesse Sita en mariage. Nous voyons ici Rama, en « taille dominante » qui, lors du concours, bande son arc et vise un oiseau perché sur un poteau, que l’on doit atteindre à travers une roue qui tourne. Sur la gauche, Sita, richement parée, est assise sur un trône bas. Il est probable que les personnages se trouvant sous le massif central, sont les adversaires malheureux de Rama, dans cette épreuve.

14. Galerie ouest, aile nord : « La Bataille de Lanka (Sri Lanka) »

Cette grande fresque de pierre de 50 m de long raconte un épisode du Ramayana : celui de la bataille de Lanka, au cours de laquelle Rama-Visnu, monté sur Garuda, aidé par l’armée des singes, attaque le repère du géant-démon Ravana qui détient prisonnière Sita, son épouse. Les deux clans antagonistes se précipitent l’un contre l’autre avec fureur et la mêlée des corps se produit dès le début du bas-relief : des singes, armés de blocs de pierre, attaquent les partisans du démon, souvent transportés dans des chars tirés par des lions. L’enchevêtrement des combattants est par endroits inextricable.

À environ 20 m du début du panneau, on reconnaît, figuré en « taille dominante », Rama, arc en main, monté sur les épaules du héros des singes, Hanuman (43). Ce dernier, dans un mouvement plein de vigueur, s’apprête à lancer un bloc de pierre sur ses adversaires. À côté de Rama, se tient son frère Laksmana, l’arc à la main, et aussi le Raksasa repenti Vibhisana, frère de Ravana, qui a rallié le camp de Rama.

Juste au-dessous du couple Rama-Hanuman, on pourra admirer le très beau motif constitué par deux lions – celui de gauche est attaqué à l’encolure par un singe – encadrant un Raksasa percé de flèches, qui tombe de son char dans un très beau mouvement du corps. Cinq mètres plus loin, occupant pratiquement le centre du panneau, est sans doute représenté le combat entre le Raksasa Prahasta et le singe Nila qui, d’un geste puissant, agrippe deux lions attelés (44).

En avançant encore de 3 m, on voit le singe Angada arrachant une défense à l’éminent éléphant (coiffé d’une imposante couronne à trois pics), monture de Mahodara. Au-dessus de cette scène, le singe Nila attaque le Raksasa et le frappe à la tête avec un rocher planté d’un arbre, qu’il vient d’arracher à une montagne (45). Apparaît ensuite, occupant les trois quarts de la hauteur du bas-relief, le géant Ravana (46), roi démoniaque de l’île de Lanka, reconnaissable à ses nombreuses têtes et à ses bras multiples armés d’arcs, de flèches, de sabres et d’épées. Monté sur un char tiré par des lions, il est abrité par plusieurs parasols et entouré d’éventails et de bannières. Sur sa droite, en partie haute, il est attaqué par un singe mitré qui pourrait être Sugriva.
Quelques pas plus loin, vers le côté sud, on voit un grand singe qui sépare un attelage de lions et étouffe celui de gauche de ses bras puissants (47). Plus loin, le singe Angada (tout badigeonné de rouge ?) attaque férocement le Raksasa Narantaka, en mordant la mâchoire d’un cheval de son attelage (48). À quelque 3 m de là, un autre grand singe dissocie un équipage de deux lions et les pend par les pattes arrière, tout en les enserrant avec ses jambes (49).

Le motif suivant représente la rencontre du chef des singes Hanuman (?) et du Raksasa Nikumbha. Ce dernier, armé de sa massue enrichie de pierreries, est basculé dans son char par Hanuman, qui le tient par une cheville, tout en entourant son corps d’une jambe. Devant le char du démon, un de ses chevaux est terrassé par un autre singe qui l’étouffe de ses bras (50).
Enfin, à 2 m de là, le roi des singes Sugriva, mitré, campé sur un attelage de lions, arrache de l’arc la flèche que voulait lui décocher le Raksasa Kumbha (51).

On laissera au visiteur le plaisir de découvrir les mille et un détails qui font de ces bas-reliefs une œuvre tout à fait exceptionnelle.

Lesen Sie mehr: Halong bay touren

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress