Angkor Vat ( Partie 6)

Le Combat des Asura et des Deva-angkor-wat

3.17. Galerie nord, aile ouest : « Le Combat des Asura et des Deva »
Ce panneau long d’environ 95 m reprend à nouveau, mais avec une représentation différente, l’affrontement des dieux aimables et des anciens dieux déchus. On peut aussi concevoir cette image comme l’éternel corn bat entre la bonne et la mauvaise ordonnance du Monde. Pour cette grande bataille cosmogonique, on a fait appel à pas moins de vingt divinités de premier plan qui arrivent de la gauche du panneau, montés chacune sur son animal-véhicule. Les Asura viennent, eux, de la droite. Toutes les rencontres se font parmi un enchevêtrement dé guerriers qui, par leurs attitudes souvent désordonnées, procurent un certain dynamisme à l’ensemble du panneau. Nous abordons maintenant le pavillon d’angle nord-ouest qui, contrairement aux deux pavillons précédemment rencontrés, présente un grand intérêt tant plastique qu’iconographique.

Le Combat des Asura et des Deva-angkor-wat
Pavillon d’angle nord-ouest Les sculptures des croisillons de ce pavillon cruciforme se réfèrent à diverses légendes de Visnu, avec des scènes du Ramayana : le sommeil du dieu sur les eaux de l’Océan cosmique, la procession des neuf dieux qui prient Visnu de venir s’incarner sur terre. Ces sculptures couvrent aussi bien des pans de mur que les dessus de portes et de fenêtres, les encadrements de baies que les tympans des frontons intérieurs. 

3.18. Galerie ouest, aile nord : « La Bataille de Lanka »

Sur plus de 50 m, on va suivre le déroulement d’un épisode de la bataille de Lanka qui fait partie du Ramayana, une des légendes du dieu Visnu : par ses mauvaises actions, le géant Ravana, aux têtes multiples, démon qui règne sur l’île de Lanka (Sri-Lanka), a indisposé les dieux. Ceux-ci demandent à Visnu d’intervenir. En s’incarnant en Rama, et en s’alliant au roi des singes, Visnu-Rama va affronter Ravana qui lui a ravi son. épouse et la tient prisonnière dans son île. C’est la rencontre des deux antagonistes qui est représentée sur la pierre.
Nous venons de faire le tour du monument, et nous nous retrouvons au gopura ouest. On poursuit la visite en empruntant un des trois escaliers qui mènent au niveau situé environ 1,40 m plus haut. On débouche alors sur un grand patio rectangulaire que l’on nomme « préau cruciforme ».

A voir : Croisière dans la baie d’Halong | Croisière dans le delta du Mékong Vietnam | randonnée à Sapa

3.19. Préau cruciforme
Les deux galeries axiales de ce préau, large de 47 m et long de 53 m, forment une croix. Les côtés nord, sud et ouest sont barrés par des murs pleins, la partie est étant bloquée’par le mur de soutènement ouest de la 2e enceinte. Le préau se trouve partagé en quatre parties par les allées qui ont 8 m de large. Dans chacune des parties se trouve un petit bassin de forme carrée de 14 m de côté, constitué par des murs de grès moulurés de 3 m de hauteur. On peut atteindre le fond par des petits escaliers. Tous les passages sont bordés par des piliers disposés en double rangée, ce qui donne pour l’ensemble un total de cent soixante supports. Sur les côtés nord et sud, existent aussi des galeries de seulement 4 m de large, chacune étant séparée de l’extérieur par un mur ne comportant qu’une seule ouverture donnant sur la cour intérieure qui entoure le 2e degré de la pyramide. Tous les sols sont dallés de grès. Les couvertures sont à demi-voûtes et à voûtes pleines à encorbellement dont l’intrados était caché autrefois par un plafond de bois décoré. L’entablement mouluré au-dessus des piliers est orné de frises d’Apsara, et les frontons intérieurs des abouts des galeries sont sculptés de scènes se rapportant au dieu Visnu. On remarquera aussi les motifs d’ascètes en prière qui ornent les bases des piliers, ainsi que les quelques statues dites des « Mille Bouddha » qui sont très postérieures au monument et d’un intérêt limité, mais toujours honorées par les visiteurs cambodgiens.

3.20. Cour intérieure de la 3e enceinte et « bibliothèques »

La cour intérieure qui ceinture le pied du 2e degré de la pyramide mesure en moyenne 30 m de large sur les côtés nord, sud et est, et 45 m sur la face ouest, où se trouvent deux nouvelles « bibliothèques ». Son sol est fait de terre compacte. Ces deux « bibliothèques », situées sur l’axe des uniques portes des murs nord et sud du préau cruciforme, sont d’une composition analogue à celles de la 4e enceinte, mais de dimensions plus petites, avec 20 m de large sur près de 35 m de long, mais sans antichambre et sans porche sur les côtés nord et sud. Elles sont posées toutes deux sur un soubassement de grande hauteur, de près de 6 m et accessibles par quatre escaliers. Pour la visite, on choisira de préférence la bibliothèque nord, car ses escaliers sont plus facilement praticables. La vue dont on jouit alors sur la 2e enceinte et le préau cruciforme est très intéressante : les frontons portent encore quelques sculptures et les angles de murs montrent des Apsara assez bien conservées.
Les murs qui entourent la cour, rythmés par une succession de fausses fenêtres, sont d’un aspect sévère qui tranche avec le reste du monument.
Revenus dans le préau cruciforme, nous abordons maintenant le massif qui borde la 2e enceinte.

3.21. 2e enceinte
La 2e enceinte est constituée d’un soubassement fortement mouluré de 5 m de haut, qui supporte une galerie périphérique. La partie supérieure de ce deuxième degré est accessible côté ouest, par trois escaliers à trois volées de marches chacun. Chaque montée est protégée par une voûte en encorbellement sur piliers et sur mur, qui se décroche, au droit des paliers, donnant une superposition de frontons du plus bel effet plastique.
La galerie périphérique qui constitue, avec le soubassement, l’enceinte de ce deuxième niveau, est de forme rectangulaire, avec des côtés de 100 et 118 m. De 2,45 m de large, elle est interrompue par quatre gopura pratiquement de la même composition que ceux de la 3e enceinte, mais de dimensions réduites.
Les pavillons d’angle, cruciformes, ont des murs massifs sans fenêtres. Les parois qui limitent la galerie vers l’extérieur, sont aveugles, avec une architecture scandée par de fausses fenêtres à balustres. Le mur à l’intérieur est par contre assez libre : il est d’abord ouvert avec parcimonie sur le côté sud, puis plus largement sur les côtés nord et est, par une succession de fenêtres très rapprochées les unes des autres. Par contre, le mur ouest reste complètement occulté sur la cour intérieure du 2e niveau.

Sehen Sie mehr: Halong Vietnam

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress